Projet FSP

Projet Sécurité alimentaire (FSP) dans le Sud-Kivu en bref.

Le projet USAID FSP répond à un ensemble complexe de chocs, liés aux conflits, tensions économiques et écologiques au Sud-Kivu en République démocratique du Congo qui ont affaibli non seulement les systèmes de sécurité alimentaire, mais aussi la capacité des ménages, en particulier des femmes et des jeunes, à construire le capital humain et financier nécessaire pour assurer leur sécurité alimentaire et nutritionnelle.

Le projet FSP (Food Security Project) envisage également un environnement local plus stable pour les participants, dans lequel les moyens de subsistance, une meilleure santé et situation nutritionnelle, une cohésion sociale améliorée et une relation citoyen-état plus positive sont la norme, et où les femmes et les jeunes sont en mesure de contribuer pleinement au développement de leurs communautés et bénéficier plus équitablement des possibilités et des ressources disponibles.

Dans ce sens, ses objectifs sont fixés comme suit :

Objectif Global : Amélioration de la sécurité alimentaire, de la nutrition et du bien-être économique des ménages vulnérables dans le Sud-Kivu.

Objectif 1 :

Augmenter les revenus des ménages vulnérables grâce aux moyens de subsistance et ce, malgré l’exposition aux chocs et aux contraintes (Agriculture et développement économique).

Objectif 2 :

Améliorer les pratiques et les services de santé et de nutrition, visant particulièrement les  enfants de moins de 2 ans, les femmes enceintes et allaitantes et les femmes en âge de procréer (santé et nutrition).

Objectif 3 :

Promouvoir la bonne gouvernance et un environnement opérationnel plus stable, inclusif et propice au développement pérenne (gouvernance locale).

 

Dans le cadre du troisième objectif du programme, APC a signé un accord de partenariat avec Mercy Corps. Selon cet accord, APC apportera au programme une expérience profonde en matière de gouvernance améliorée et d’atténuation des conflits fonciers. Les activités de cet objectif traiteront le conflit et l’instabilité au Sud-Kivu qui influencent les quatre piliers de Food for Peace (FFP) pour la sécurité alimentaire : l’accès, la disponibilité, l’utilisation et la stabilisation des aliments.

Grâce à son expérience en matière de gouvernance améliorée et d’atténuation des conflits fonciers, APC est bien placée pour appuyer le résultat intermédiaire suivant : « La sécurisation des terres est améliorée pour les participants dans les communautés ciblées ». APC travaille avec FSP dans les territoires de Kabare et de Kalehe pour améliorer l’accès à la terre pour les populations vulnérables grâce à l’amélioration de la gouvernance. Les activités visant à aider les participants à obtenir des titres de propriété comprennent, entre autres :

– la tenue de consultations communautaires pour identifier les preuves acceptables de propriété (ententes orales et écrites, titre, reconnaissance communautaire); en travaillant avec les organisations de la société civile expérimentées et des organisations locales pour relier les petits exploitants aux mécanismes existants pour obtenir ces preuves;

– l’amélioration de la qualité des mécanismes de gestion des conflits fonciers;

FSP tient également compte des besoins des agriculteurs en métayage, en travaillant à travers APC pour s’assurer que les arrangements de métayage sont transparents et équitables.

  1. Volets du projet
  • AMELIORATION DE LA SITUATION AGRICOLE

FSP assiste les ménages afin qu’à l’issue du projet leurs revenus soit augmentés. L’assistance du projet vise à rendre la production agricole plus rentable, mieux diversifiée sur le plan nutritionnel et moins vulnérable aux aléas climatiques. Pour ce faire, les activités du projet comprennent:

  • Le renforcement des capacités des agriculteurs
  • L’accès accru aux intrants améliorés
  • La diminution des pertes post-récolte
  • L’augmentation des terres en culture

 

  • L’AMELIORATION DU STATUT NUTRITIONNEL

Le FSP contribue à l’amélioration de la situation nutritionnelle des enfants de moins de deux ans, des femmes enceintes et allaitantes, et des autres femmes en âge de reproduction à travers :

  • L’augmentation de l’adoption de pratiques adaptées pour la santé, la nutrition et le WASH par les hommes, les femmes et les adolescents, et
  • L’amélioration de l’accès à des services de santé, de nutrition et de WASH, particulièrement pour les femmes et les enfants.

 

  • GOUVERNANCE LOCALE

Afin de contribuer à l’atteinte des résultats positifs escomptés pour les ménages vulnérables participant aux volets 1 et 2, le projet collabore avec les communautés, les autorités locales et les autres parties prenantes pour améliorer le cadre de collaboration.

Le projet cherche localement des solutions pratiques face à la mauvaise gouvernance et aux facteurs de conflits qui déstabilisent l’environnement socioéconomique et écologique. Le renforcement de l’inclusion, de la coopération et de la cohésion sociale ainsi que de la confiance mutuelle est un élément crucial pour la stabilisation du cadre de gouvernance.

Sous ce volet, le projet renforce tout d’abord la capacité des membres des communautés dans l’identification et la formulation de leurs besoins, et ainsi dans l’élaboration de leurs plans d’actions prenant en compte les différents chocs et contraintes sociopolitiques, économiques, écologiques et climatiques qui pourraient impacter leur sécurité alimentaire.

Il s’agit également de :

  • Mettre en place et renforcer les capacités des CDM en matière de gestion efficace et inclusive des conflits : 17 CDM fonctionnent dans les trois zones de santé dont 14 en Chefferie de Kabare et 3 en Chefferie de Buhavu.
  • Améliorer l’accès des communautés aux mécanismes de gestion des conflits pour réduire les tensions: Analyse des conflits, Mise en place des Cadres de Dialogue et de Médiation (CDM) avec APC : En 2019, les 17 CDM ont aidé les parties en conflit à résoudre 680 conflits dont 296 conflits fonciers (soit 43,5%), en plus de 563 conflits résolus en 2018.
  • Promouvoir des dialogues communautaires sur la sécurisation des droits fonciers des paysans, y compris les droits des femmes à la terre : APC a facilité 6 dialogues sociaux pour les groupements de Bughore, Irhambi-Katana, Mudaka, Luhihi, Bushumba et Mbinga Sud portant sur les conditions d’accès à la terre entre d’une part les concessionnaires et d’autre part les comités des métayers (au total 406 participants touchés, 117 Femmes). Ces dialogues ont abouti entre autres résultats à la réduction des jours et heures de salongo imposé aux métayers dans les concessions, à la réduction des frais de location Cishoko, à la signature des contrats écrits de métayage dans certaines concessions, à l’instauration des rencontres mensuelles ou trimestrielles de dialogue entre le concessionnaire (ou son gérant) et ses métayers, etc.
  • Accompagner les membres des Communautés dans l’obtention des titres de propriété foncière acceptables ou des accords de location et de métayage. Ici notre démarche comporte les étapes suivantes en ce qui concerne le processus de sécurisation foncière:
  1. Réunion de discussion avec les Chefferies sur le processus de mise en œuvre de la sécurisation foncière à base coutumière
  2. Atelier de lancement (information) et de réflexion sur le processus de la Sécurisation foncière à base coutumière avec les Chefferies, les OSCs, les autorités locales
  3. Sensibilisation des communautés sur ce modèle de sécurisation foncière à base coutumière
  4. Formation des Agents fonciers sur les outils de mesurage, de levées parcellaires et topographiques,
  5. Mise en œuvre du processus de sécurisation foncière par les Agents Fonciers (réception des demandes de titres, descente pour les reconnaissances locales, mesurage des parcelles) avec la participation des chefs de Groupements, villages et sous-villages et des CDMs
  6. Délivrance des titres fonciers coutumiers par les Chefferies

D’avril à décembre 2019, grâce à l’accompagnement de APC, la Chefferie de Kabare a délivré 209 certificats fonciers coutumiers.

Quant au processus d’accès à la terre, la démarche a suivi les étapes ci-après :

  1. Indentification et cartographie des Concessionnaires dans les zones d’intervention
  2. Réunion d’information et de conscientisation avec les Concessionnaires pour l’amélioration de l’accès à la terre aux petits exploitants
  3. Réunion d’information et de sensibilisation sur l’amélioration de l’accès à la terre avec les Métayers en vue de préparer les Dialogues avec les Concessionnaires
  4. Appui à la mise en place et structuration des Comités de Métayers
  5. Renforcement de capacités des métayers sur les Techniques de négociation et la culture de Dialogue
  6. Organisation des dialogues entre les Comités de métayers et concessionnaires pour une négociation
  7. Mise en place de dialogue permanent entre Concessionnaires et Métayers et suivi systématique de la mise en œuvre des actes d’engagement convenus entre les Concessionnaires et les Métayers
  8. Elaboration et signature des contrats de location et de métayage entre Concessionnaires et ses métayers.Dans les Groupements de Mudaka, Bugorhe et Irhambi-Katana, d’avril à décembre 2019, 357 métayers ont déjà signé leurs contrats de location avec leurs concessionnaires.
    1. Zone géographique et populations bénéficiaires

    Le projet est mis en œuvre dans les trois Zones de Santé suivantes (ZS): Kalehe (territoire de Kalehe); Katana et Miti-Murhesa(Territoire Kabare). Ce projet couvre 24 Aires de Santé parmi lesquelles 9 dans la Zone de Santé de Kalehe situées toutes dans le Groupement de Mbinga-Sud, 7 dans la Zone de santé de Katana situées dans les Groupements de Irhambi-Katana, de Luhihi et de Bushumba et 8 autres dans celle de Miti-Murhesa situées dans les Groupements de Bugorhe, Bushumba, Miti et Mudaka. FSP atteindra un total de 210.000 participants directs.

    Le FSP a une durée de 5 ans, soit de 2016 à 2021.