CONTRIBUER A LA CONSOLIDATION DE LA PAIX PAR UNE TABLE RONDE REGIONALE D’ECHANGE D’EXPERIENCES ET D’INITIATIVES DE PAIX ENTRE ACTEURS REGIONAUX DE PAIX DANS LES GRANDS LACS AFRICAINS

En pleine période de vive tension entre le Rwanda et la RDC qui s’accusent mutuellement de soutenir des rebelles pour déstabiliser l’autre et d’une brouille politique entre le Rwanda et le Burundi qui menace sérieusement la cohésion sociale transfrontalière entre ces deux pays, le Service Civile pour la Paix (SCP) de la GIZ vient de faciliter la tenue à Goma au Nord-Kivu (RDC) d’une Table Ronde réunissant 20 acteurs civils venant du Rwanda, du Burundi et de la RDC. C’était les 2 et 3 septembre 2022. Le fait que ces acteurs de paix, originaires des pays en tensions, se soient retrouvés est déjà un témoignage en soi que des alternatives à la violence sont possibles.

En effet, en  2019, le Service Civil pour la Paix de la GIZ et ses partenaires avaient réalisé une analyse du contexte régional  qui a dégagé plusieurs facteurs caractéristiques de la dynamique des conflits dans les Grands Lacs africains. A l’époque, les tendances de fond contre la paix étaient constituées par : l’exploitation illégale des ressources naturelles, l’activisme des groupes armés, les manipulations des jeunes et les stéréotypes ainsi que la culture de confrontation et de violence et, enfin, le taux de trauma élevé. Jusqu’à ce jour, malgré la catastrophe sanitaire de la pandémie du COVID-19, apparue en 2020, ces dynamiques des conflits restent globalement celles identifiées par l’analyse ci-haut citée.

Pour répondre à ce contexte de non paix et de conflits, on remarque une fragmentation des approches des Organisations de la Société Civile (OSC) dans la contribution à la construction de la paix. Chaque OSC agit dans son coin presque sans se préoccuper de ce que fait l’autre. De ce fait, il est souhaitable d’établir des passerelles d’échanges entre elles.

Dans une telle perspective, comment travailler ensemble ? C’est notamment en renforçant les échanges sur le contenu des contributions de chacun. C’est cet échange d’expériences qu’a proposé cette table ronde de deux jours à Goma et qui a permis d’apprendre les uns des autres.  Bien que cet atelier se tienne dans un contexte de fortes tensions entre pays de la sous-région des Grands Lacs, l’espoir est grand de voir en sortir des problématiques, un potentiel de paix et une vision vers une paix régionale.

Et la Table Ronde de Goma a établi que l’insuffisance de mobilisation des acteurs clé, spécialement les décideurs, la globalisation, les stéréotypes et la transmission des mémoires des conflits régionaux, les manipulations identitaires et politiciennes et la résistance à la réconciliation pour surmonter la haine ethnique sont des défis persistants dans les Grands Lacs africains. Pour s’y attaquer un potentiel de paix existe réellement. C’est notamment le cas de l’existence de facilitateurs aux capacités renforcées ainsi que de plateformes et synergies régionales d’acteurs civils et des Associations pour la réconciliation et appui aux victimes dont les capacités ont été renforcées.

Il reste alors à répondre à la question : que faire concrètement pour lutter contre cette tendance à l’isolement dans une zone d’intervention commune et face à des défis communs ? Que faire pour éviter les chevauchements ? Quelles sont les personnes / Organisations qui acceptent d’agir ensemble ? Quels produits partageables peuvent sortir d’un processus de co-création ?  Il y a là un potentiel pour la mise sur pied d’un Réseau qui travaille sur la création de produits pouvant servir à d’autres et à la communauté. Pour cela, il faut juste essayer d’aller jusqu’à développer des indicateurs, des output et des activités qui traduisent les résultats de cet atelier.

En définitive, il est à espérer que de ces assises soient sortis des Rwandais, des Congolais et des Burundais conscientisés sur leurs lignes de force dans la transformation non violente des conflits, grâce à une connaissance de ce que font les uns et les autres pour la paix dans les Grands Lacs, en vue de trouver des actions partageables, pertinentes et adaptées pour la prise en compte des leçons tirées des expériences des uns et des autres.

Enfin, comme cet atelier a été aussi organisé par les partenaires du SCP/GIZ pour améliorer les capacités d’intervention des acteurs régionaux de paix à partir des leçons tirées des expériences des uns et des autres, il est envisageable d’imaginer une liste d’acteurs capables de travailler ensemble et d’initiatives de paix partageables prêts pour la mise en œuvre de la vision du Programme Régional SCP/GIZ  dans leurs milieux respectifs.

Goma, 04 Septembre 2022

Prosper Hamuli Birali

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *