APC APPELLE A LA PAIX ET AU VIVRE ENSEMBLE DANS LA SOUS REGION DES GRANDS LACS.

 

En pleine tension entre la RDC et le Rwanda, l’ONG Action pour la Paix et la Concorde appelle les décideurs de la sous-région des grands lacs à imposer urgemment la paix en RDC et les populations de la RDC et du Rwanda à préserver le vivre ensemble harmonieux en bannissant les discours de haine.  Cet appel intervient, pendant que le contexte socio-sécuritaire dans les pays de la sous-région des grands lacs et l’Uganda se détériore du jour au lendemain suite à la résurgence des incursions armées du Mouvement du 23 Mars (M23) dans la Province du Nord-Kivu en RDC. Du coup, les gagne-petit de ces deux pays, femmes et jeunes vivant du commerce transfrontalier, sont beaucoup plus affectés négativement par les contre coups de cette guerre du M23.

Suite à cette énième agression, des  messages de haine, des mensonges surtout dans les réseaux sociaux, visant à fragiliser la confiance mutuelle transfrontalière, des appels à la xénophobie sont développés en marge de l’information sur les évènements tragiques et véhiculés dans la communication sur les faits et les effets de ce qui arrive sans que les victimes n’en comprennent les tenants et les aboutissants. Le risque que tout le monde soit embarqué et plongé dans la violence est probable.  Face à cette situation d’impasse socio-sécuritaire,  Action pour la Paix et la concorde, APC, par le biais de son Directeur Exécutif recommande :

  • aux organisations de la société civile qui œuvrent pour la paix dans la sous-région des grands lacs, de se réunir rapidement et mettre en place des initiatives pour aller auprès des preneurs des décisions du Rwanda, de la RDC, du Burundi, de l’Uganda et du Kenya et leur dire clairement les attentes  des populations des grands lacs et particulièrement ceux de la RDC et du Rwanda en vue d’un retour de la paix durable et du vivre ensemble harmonieux entre ces peuples.
  • aux gouvernements Congolais et Rwandais, de règlementer l’usage des réseaux sociaux. Déogratias Buuma, Directeur Exécutif de APC, s’est dit consterné de constater qu’en cette période de tension entre la RDC et le Rwanda, que beaucoup d’audio et de vidéos promouvant la haine, la xénophobie, l’exclusion sociale d’une certaine catégorie de personnes soient publiés à travers les réseaux sociaux avec, comme conséquence, la fragilisation du vivre ensemble. Action pour la Paix et la Concorde, APC, appelle les instances judiciaires de ces deux pays, à envisager des sanctions individuelles à l’égard des auteurs de tels messages.
  • à ceux qui voudraient accompagner l’armée nationale FARDC (Forces Armées de la République Démocratique du Congo) engagées au front contre le M23, de suivre la voie lancée par les autorités congolaises. Ils doivent alors s’enrôler auprès des FARDC ou de la Police Nationale Congolaise (PNC), suivre la formation s’ils répondent aux critères prédéfinis par les autorités compétentes et servir sous le drapeau au moment venu. Pour le Directeur Exécutif National de APC,  initier tout autre mouvement en dehors de la règlementation faite par les autorités congolaises,  c’est vouloir compliquer la situation et ne pas servir la Nation de manière la plus positive et citoyenne qui soit.

Enfin, cette reprise des armes par le M23 survient alors que la Présidence de la RDC venait de lancer fraichement son nouveau Programme de Désarmement, Démobilisation, Relèvement Communautaire et Stabilisation (P-DDRCS). Pour APC, ce programme P-DDRCS tombe à point nommé pour affronter le défis de voir certains jeunes rejoindre l’armée dans des conditions acceptables pour assouvir leur soif de contribution patriotique dans la bataille contre le M23.

A ce sujet, APC pense que l’idéal serait que tous les membres des groupes armés remettent d’abord leurs armes comme le soutien de vive voix le gouvernement, adhèrent au P-DDRCS et que chacun qui le veut et qui remplit les conditions s’inscrive individuellement dans l’armée nationale FARDC pour servir sous le drapeau.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *