LA PROVINCE DU KASAÏ SE DOTE D’UN PLAN D’ACTIONS POUR LA PAIX

Par Janderson Nyembue,

Les membres des communautés du Kasaï ont élaboré le plan d’actions pour la paix dans l’espace Kasaï. Ils se sont livrés à cet exercice au cours d’un atelier tenu du 19 au 20 Avril 2022, dans la commune de Kanzala, ville de Tshikapa en province du Kasaï. Cet atelier a été organisé par l’ONG Action pour la Paix et la Concorde (APC) en partenariat avec Interpeace dans le cadre du projet « renforcer la gouvernance inclusive de la paix en RDC ».  Une cinquantaine d’acteurs venus des différentes zones d’intervention de ce projet à savoir : Kamako, la commune rurale de Kamonia dans le territoire de Tshikapa, Kakenge en territoire de Mweka et la ville de Tshikapa ont pris part à cette activité.

Dans son mot d’ouverture, le vice-gouverneur de la province du Kasaï, Gaston Nkole Tshimuanga a tenu à saluer l’approche participative et inclusive dont APC et son partenaire Interpeace ont fait usage dans ce processus. Il a de ce fait, souligné que la participation de tous ces acteurs permet d’avoir un document complet qui aborde toutes les dimensions de la consolidation de la paix et stabilisation de la province. Etant donné que la province du Kasaï et le pays sont dans une phrase post conflit, un tel travail qui défini des lignes directives pour la consolidation de la paix est très délicat et d’une importance capitale pour la province.  Gaston Nkole Tshimuanga a fait savoir que ce travail mettra en évidence les changements nécessaires et les voies à suivre pour que les autorités de la république démocratique du Congo dirigent, supervisent et facilitent les processus de consolidation de la paix à travers tout le pays en général et au Kasaï en particulier.

« Ces travaux sont d’une importance capitale pour la province du Kasaï. Comme on l’a toujours souligné, la paix n’a pas de prix. Je suis très satisfait du fait que cet atelier ait atteint ses objectifs, tel qu’énoncé dans les termes de référence. Par conséquent, j’exhorte chaque participant à s’approprier ce travail et nous nous engageons en notre tour d’accompagner le processus» a déclaré le vice-gouverneur Gaston Nkole Tshimuanga.

Pendant ces deux jours, les participants ont eu à se pencher sur :

  • les conflits déjà identifiés, leurs causes, leurs conséquences et les acteurs à la base
  • l’ Analyse SWOT (Forces, faibles, menacés et opportunités concernant notre projet)
  • l’identification des axes stratégiques d’intervention, les objectif spécifiques, résultats attendus et indicateur des résultats
  • l’identification des axes stratégiques (action, partie prenante, lieu de l’action, période indicative, responsable de la mise en œuvre)
  • le développement de la stratégie de mise en œuvre du plan ;
  • le développement de la stratégie de suivi et évaluation du plan. Réflexion sur l’implication des femmes en tenant compte de la sensibilité aux conflits ;
  • la réflexion sur l’implication des jeunes en tenant compte de la sensibilité aux conflits (Groupe 2) Stratégies opérationnelles de mise en œuvre du plan;
  • Comment engager les parties prenantes.

Ces différentes parties ont permis de produire les  plans d’action de la paix. Qui seront soumis aux autorités pour adoption.

Les participants ont à l’occasion produit des notes de plaidoyer à adresser aux autorités et partenaires techniques et financiers sur base des besoins ressentis sur le terrain dans le cadre de la paix, c’est notamment sur la question sécuritaire avec un accent sur la prise en charge des policiers, le conflit lié au pouvoir coutumier, confits transfrontaliers avec comme demande « déplacement des bornes entre la RDC et l’ANGOLA » et la note de plaidoyer sur la mise en place des recommandations de la conférence de paix organisée en octobre 2020 entre les communautés de Lulua Demba au Kasaï central et Kuba/Mweka au Kasaï.

A titre de rappel, Interpeace et ses partenaires ont dans le cadre de la mise en œuvre du projet ci-haut cité, organisé plusieurs activités notamment, la cartographie et analyse documentaire des acteurs de la gouvernance de la paix, des initiatives et meilleures pratiques de la paix et l’analyse des conflits dans les zones transfrontalières et des séances des dialogues… Ces différentes activités ont débouché sur les recommandations et plans d’action en termes d’actions à mettre en œuvre et les participants s’y sont penchés pour produire ces plans d’action et notes de plaidoyer.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *