LES ORGANISATIONS ÉTATIQUES ET NON ÉTATIQUES CONVERGENT SUR LA MATERIALISATION DU P-DDRCS.

La Coordination Nationale du Programme de Désarmement, Démobilisation, Relèvement Communautaire (PDDRCS) et Stabilisation, les institutions, les partenaires et le consortium des ONG APC-SOFAD-Interpeace chargé de produire dans le Sud-Kivu, une ébauche de la Démobilisation, Désarmement et Réinsertion à base communautaire des groupes armés convergent à propos de la matérialisation du PDDRCS.  C’était au cours d’un atelier de réflexion sur le Programme de Désarmement, Démobilisation, Relèvement Communautaire et Stabilisation. Il était organisé  à Bukavu en date du 13 au 15 Décembre 2021, dans le cadre du Projet Mchango Wetu kwa Amani que met en œuvre le consortium des ONGs SOFAD, APC et Interpeace. Au cours de ces assis, le consortium a présente la contribution provinciale au document de la stratégie nation de DDRC. Cette ébauche provinciale est l’émanation des consultations communautaires menées d’une part, dans la zone du projet Mchango wetu kwa Amani, c’est à dire les territoires de Fizi, Uvira et Mwenda, la ville d’Uvira, et de l’autre part, au niveau des autorités provinciales ( Ministre et députes) du Sud-Kivu, sur le Désarmement Démobilisation Réinsertion Communautaire. Du moins pour les communautés, le Nouveau Programme de DDRC devra impliquer les communautés dans toutes ses phases. Lors des réflexions en carrefours, les participants ( Autorités étatiques provinciales, territoriales et municipales du Sud-Kivu, délégué de la PNC, délégués du PDDRCS, délégués des organisations nationales et internationales ont enrichi les documents produits par le consortium Interpeace-APC-SOFAD et ont tous convergé sur les points ci-dessous :

  1. La pertinence du PDDRCS qui réside dans ses capacités à innover, consistant au relèvement communautaire socio-économique, prenant en compte le principe de décentralisation du processus.
  2. L’approche d’intervention. Il s’est dégagé une nécessité d’adopter une « approche holistique »  de réinsertion, renforcer la dimension communautaire, collective et participative ainsi que des mécanismes de contrôle, redevabilité communautaire et sanction.
  3. Interactions entre les niveaux de pouvoir et qui se traduit par l’octroi des responsabilités suffisantes de gestion aux structures provinciales (coordination provinciale et antennes territoriales) etc.
  4. La capitalisation des expériences et appropriation. A ce propos, il a été convenu que le cadre de concertation provincial est consultatif. Les participants ont ému le vœu d’être informés et de participer activement, le cas échéant,  aux prochaines étapes du P-DDRCS.

La coordination nationale du PDDRC, par l’entremise de son coordonnateur national adjoint en charge des questions techniques et opérationnelles, le colonel Pierre Égide Bosale, a promu un DDRCS Communautaire et participatif le cas échéant. Face à cette promesse, les membres des communautés et experts en DDRC ont aussi exigé un PDDRCS décentralisé.

Pour une paix durable, le Gouvernement Provincial du Sud-Kivu, exhorte que ce nouveau Programme de DDRCS puisse se faire dans la communauté, avec la communauté et par les techniciens à la matière. Théophile Kiluwe, Gouverneur à l’intérim, a appelé tout le monde au retour au bon sentiment et a demandé le retrait des groupes armés étrangers du territoire Congolais. Il a en même temps rassuré que toutes les dispositions sont prises afin d’anéantir tous les groupes armés.

Au nom du consortium Interpeace-APC-SOFAD, Déo Buuma, Directeur Exécutif de APC, a promu que leur consortium continuera à s’approcher à chaque instant de la coordination du PDDRCS, des autorités étatiques et partenaires dans les étapes restantes.

Disons qu’après cet atelier de Bukavu, en Février 2022, le consortium Interpeace-APC-SOFAD se fait un agréable devoir de restituer le draft du document de contribution de la province du Sud-Kivu au P-DDRCS auprès des membres des communautés de Kiliba (zone de mise en œuvre d’un projet pilote en faveur des démobilisés et jeunes à risques), membres des différents communautés d’Uvira, autorités de la ville d’Uvira, organisations de la société civile, membre du comité locale des suivi des accords de cesser le feu. Cette restitution a été faite également à Bukavu. Par cette occasion, ces différentes catégories sociales, ont donné leur enrichissement au draft du document

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *