Déconstruire les manipulations dans les Grands Lacs africains : mythe ou réalité ?

Par Prosper Hamuli Birali

Pendant deux jours, une vingtaine d’acteurs de paix de Goma et de Bukavu, au bord du Lac Kivu, viennent d’échanger à Bukavu sur les manipulations dans les Grands Lacs sur invitation de l’ONG Action pour la Paix et la Concorde, APC. En effet, la manipulation des jeunes figures en bonne place sur la liste des plus grands facteurs diviseurs auxquels s’attaque le Programme Régional SCP/GIZ dont APC et ses partenaires sont en train de réaliser les activités. Pendant deux jours, il s’est agi d’une analyse participative des capacités d’action pour peser sur les facteurs des conflits et renforcer les forces pour la paix. Au final, il fallait identifier les stratégies de manipulation en cours ainsi que les mécanismes de leur déconstruction en vue d’un éveil des consciences sur les techniques et pratiques d’influence qui sont à l’origine des situations néfastes mais évitables vécues dans les Grands Lacs africains.

Qui sont les manipulateurs ?   

L’actualité de ce premier trimestre 2022 fourmille d’histoires de manipulations. De la guerre en Ukraine à l’incursion des rebelles du M23 sur le sol congolais, la désinformation bat son plein. La liste des personnes et catégories impliquées dans la domination, l’exploitation et l’aliénation du peuple congolais est tellement longue et étendue qu’il faut un critère pour espérer agir et produire un résultat quelconque sinon le risque est grand de retrouver tout le monde sur la liste des manipulateurs. De ce fait, il est important de se dire que toute catégorie de personnes dont les qualités l’emportent sur les défauts doit être classée parmi les influenceurs positifs dont il convient de se faire des alliés dans l’action de déconstruction des manipulations. Ce qui veut dire aussi que ce sont finalement ceux dont les défauts dépassent de loin les qualités que nous retenons stratégiquement comme manipulateurs. Ils sont les cibles de notre action.

Que faire pour déconstruire les manipulations dans les Grands Lacs en Afrique ?

« La lutte contre la désinformation par les médias, entendue comme action délibérée de diffuser une information fausse, des images trafiquées ou des films / émissions présentés comme vraisemblables pour influencer le comportement des cibles, est rendue difficile en RDC par l’absence d’une loi de régulation des réseaux sociaux et surtout celle d’équipements techniques », soutien Me Denoé de Goma.  Faut-il commencer par édicter une loi ou s’équiper ? « Bien sûr nul n’est censé ignorer la loi. Mais, qui achète le Journal Officiel pour être au courant des lois promulguées ? », se demande Daniel de Bukavu. « Quelles sont les responsabilités pénales de l’administrateur d’un groupe WhatsApp ? C’est dans les réseaux sociaux qu’un pasteur a prédit la victoire de Shadary aux élections présidentielles 2018. Un autre a donné le score de 3-1 en faveur de la RDC contre le Maroc dans un match de foot. A qui imputer les crises cardiaques qui ont suivi les échecs enregistrés contrairement aux prédictions des pseudos hommes de Dieu ? Si les administrateurs des groupes WhatsApp savaient qu’ils risquaient des poursuites judiciaires, ils n’auraient pas diffusé », fait remarquer Suzanne de Goma. Il faut donc y réfléchir. Justin de Bukavu ajoute : « De l’autre côté, ce sont les réseaux sociaux qui nous rapportent les mésaventures des victimes du système ‘’Mujakazi’’, ces prophétesses qui font condamner des innocents à la justice populaire. C’est aussi là que nous avons appris l’histoire de ces élèves qu’un pasteur avait maintenu dans une chambre de prière toute la nuit et le jour venu ils sont allés dormir dans la salle d’examen. »

Il ressort alors des réflexions effectuées en carrefours qu’il est possible que celui qui se découvre victime de manipulation, au lieu de rester paralysé par la honte, peut avoir un sursaut d’orgueil et :

  • S’entourer d’amis ou de personnes de confiance ;
  • Contrecarrer le manipulateur en s’affirmant (dire « non ») ;
  • Savoir être à l’écoute de soi et garder un esprit critique ;
  • OSER Agir pour tenir à distance le manipulateur ;
  • S’aimer, s’affirmer, bref avoir une image positive de soi.

Les mêmes travaux de confrontation de points de vue espèrent éveiller la conscience des acteurs de paix en décortiquant les techniques de manipulations à reconnaitre pour saisir l’ampleur du défi.

Comment procèdent les manipulateurs ?

  • Epuiser la résistance par des mensonges, moqueries, intimidation, insultes, harcèlement et aller même jusqu’à la torture ;
  • Proposer une alternative apparemment plus attrayante et totalement nouvelle et pour cela, d’abord empêcher tout contact avec ses amis ou sa famille ;
  • Récompenser la victime une fois qu’elle a ‘’plié’’ ;
  • Introduire la victime dans une nouvelle façon de raisonner ;
  • Tester la soumission de la victime.

« Noam Chomsky pourrait nous en dire plus », nous informe Elie de Goma.

Et voilà qu’au dernier sommet des chefs d’Etat de la Communauté des Etats d’Afrique de l’Est tenu à Nairobi en avril 2022, le Président de la RDC fait une sortie inhabituelle : « A ce sujet, il me semble à l’évidence impensable de croire qu’un pays de la sous-région des Grands Lacs peut prospérer dans la paix et dans la sécurité et se stabiliser durablement tant que son voisin est en ébullition et surtout si ce pays sert de base arrière à des groupes armés ou encore en devient le parrain. Pour la petite histoire, il est tout de même incompréhensible que ceux qui, de l’autre rive de la Méditerranée et d’Outre-Atlantique, ne s’appellent jamais frères soient plus solidaires entre eux que nous autres africains qui aimons affectueusement nous appeler frères. » Cette adresse décryptée, révèle que certains citoyens sont utilisés contre les intérêts de leur pays.

Les suggestions des jeunes réunis à Bukavu sont-ils de nature à produire des effets contre les manipulations de ce niveau ? Elles ont au moins le mérite d’avoir été exprimées. C’est entre autres de :

  • Identifier clairement les manipulateurs ;
  • Faire le monitoring des preuves trouvables ;
  • Organiser des tribunes d’expression populaire ;
  • Avoir le courage de dénoncer clairement le manipulateur ;
  • Prendre ses distances avec les manipulateurs ;
  • Construire la trilogie : – Reconnaissance – Dénonciation – Pardon accordé et reçu ;
  • Sensibiliser la communauté sur la vulnérabilité aux manipulations.

En définitive, si chaque citoyen ou chaque communauté pouvait prendre position pour déconstruire les manipulations à son niveau, certainement que les effets de ces actions mises côte à côte se liront au niveau global des trois pays des Grands Lacs et le mythe deviendra réalité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *